Liste des jardins

1 - 10 de 14
 1 2  
FILTRE
Mot clé : Départements : CPIE :
CPIEBrenneBerryMiam1.JPG

Le jardin du MIAM

Créé depuis le 25 septembre 2015, le "Mouvement d'Initiatives citoyennes et d'Activités Maraîchères" - dit le M.I.A.M. - du Canton de Dun-sur-Auron (Charenton du Cher, Dun-sur-Auron, Sancoins) est une association d’habitants qui se souhaite se réapproprier les richesses locales et valoriser les marais de Dun-sur-Auron, au travers notamment du maraichage et des circuits courts. Depuis 2 ans, le collectif gère trois parcelles de 400 m2 au sein même des marais de Contres dont les objectifs sont d’avoir un support à l’apprentissage du jardinage, un support de valorisation des marais et un exemple pour démontrer qu’il est possible de développer une activité de maraichage sur cet espace. Une parcelle est laissée en prairie fleurie pour les abeilles, et une ruche a été installée. Une petite partie du jardin laissée en libre-service pour les membres du MIAM et l’autre est gérée collectivement. Le collectif réfléchit ensemble au type de légumes et au plan de culture et il réalise collectivement les plantations, les récoltes, l’entretien… On retrouve dans ce jardin radis, carotte, salade, tomate, haricot, ail, courges, artichaut…
Dun-sur-Auron - Cher (18)

CPIEBrenneBerryYvetteJean1.JPG

Le jardin de Jean et Yvette

Ce jardin de 43 ans regorge de surprises. C’est avant tout pour le plaisir de manger le produit de son jardin et pour le plaisir de faire plaisir à leur famille qu’Yvette et Jean cultivent ce jardin nourricier. On retrouve une grande variété de fruits (cerisier, pommier, kiwi, noyer...), de légumes (radis, courge, patate douce, tomates…) et d’aromates. L’esprit « récup » fait partie intégrante du jardin : rien ne se perd, tout se transforme en confiture, conserve, fruits séchés, sauce tomate, potage… et pour les « déchets de jardin » en paillage, compost, tuteurs… Pour filtrer sa terre et avoir de la terre fine pour ses semis, Jean a conçu un tamis géant à base d’un grand grillage dans lequel il fait passer son compost. Tous les semis et plants sont d’ailleurs réalisés avec les graines récoltées au jardin ou des boutures récupérés au gré de leur rencontre ou de leur voyage. On retrouve d’ailleurs de nombreuses espèces exotiques dans leur toute nouvelle serre tropicale : orchidées, succulentes, cactus, aloès verra, agrumes, et même des bananes et ananas. Ce qu’Yvette et Jean aiment particulièrement c’est voir l’évolution et les changements du jardin induits par le développement des végétaux.
Dun sur Auron - Cher (18)

CPIEBrenneBerryMDominiqueThierry1.JPG

Le jardin de Marie-Dominique et Thierry

Lors de l’arrivée de Marie-Dominique et Thierry en 2005, ce jardin de 1000 m² dans un lotissement « mourait de faim ». Pas de merle, pas de mésange, à peine quelques moineaux, ni insecte ni ver de terre. L’objectif a été de permettre à la vie d’y revenir. Pour cela deux mots clés : habitat et nourriture. Ils ont planté en diversifiant le plus possible plus de 140 variétés d’arbres et arbustes à fleurs et à baies. Mais l’essentiel a consisté à nourrir le sol pour permettre aux vers de terre et à toute la microfaune de se reconstituer. Désormais ce jardin ressemble à un petit coin de campagne et accueille de nouveau abeilles, papillons, libellules et oiseaux. A voir également sur le jardin : une petite mare, diverses petites zones de culture (lasagnes, bottes de paille, jardin en trou de serrure, mandala…), poulailler.
Plaimpied - Cher (18)

20201010_155719.jpg

Le jardin de la Grange aux Fleurs

Flore et Georges, originaires de l'Ile de France ont été les témoins attentifs et actifs de la création et la construction des Parcs départementaux de la Seine Saint Denis, celui de La Courneuve en particulier. Cela va beaucoup les inspirer pour concevoir et réaliser durant 40 ans un jardin paysager en plein bocage du Boischaut. Un jardin cultivé au naturel, avec compost et paillage, foisonnant de centaines de plantes, arbustes et arbres enrichis au fil des ans. Un jardin ou la flore locale naturelle garde sa place. Avec l'évolution de plus en plus perceptible du climat, des plantes exotiques, méditerranéennes notamment, y sont introduites telles que des cistes. Un eucalyptus y trône depuis plus de 30 ans. Des aménagements légers réalisés à partir d'un massif de bambous agrémentent les parterres. Ce jardin offre toute l'année ses multiples couleurs et parfums. Arbres fruitiers et potagers viennent compléter cet espace à vivre. Un espace que Flore et Georges aime agrémenter de moments culturels. Expositions momentanées d'artistes amateurs ou professionnels, moments de lecture, de chant, de musique y trouvent tout naturellement leur place pour un plaisir partagé avec la famille, les amis. Ainsi lors de l’ouverture du jardin, les visiteurs pourront admirer quelques toiles d'amateurs et écouter en fin d'après-midi le groupe de chant Diapaz et des musiciens traditionnels autour d'un goûter partagé.
Ardenais - Cher (18)

coup de main marais d'Antoine 3-7-2019 6.jpg

Le marais d'Antoine

Le grand marais d'Antoine est situé dans les marais classés de Bourges. Il a été repris de friche en 2017, suite au décès de son propriétaire. Les jardiniers solidaires, association créée en février 2014, assurent la formation au jardinage propre, d'élèves de CE2, CM1 et CM2 en écoles élémentaires, de jeunes handicapés, de jeunes de 16 à 25 ans suivis par la Mission Locale et d'adultes débutants ou peu expérimentés. Des jardins écologiques et pédagogiques ont été créés pour ces publics. Le marais d'Antoine est cultivé en parcelles partagées par 15 familles et par un groupe de personnes immigrées en cours d'insertion. Des parcelles sont réservées aux formations et aux perfectionnements. Un poulailler, des serres froides, un appentis et des toilettes sèches ont été installées par les bénévoles de l'association. Les améliorations sont recherchées et entreprises, chaque année, ainsi que dans les 5 autre marais gérés par les jardiniers solidaires à Bourges. Le samedi 15 juin, le marais d'Antoine sera ouvert aux visiteurs, en continu, de 9h à 19h.
Bourges - Cher (18)

potager et zone aromatique vu d'ensemble.jpg

Le jardin de Marion

Marion aménage depuis plus de 8 ans le jardin selon les principes de la permaculture et dans une recherche d’une plus grande autonomie. Le jardin fonctionne ainsi quasi en cycle fermé. La présence de nombreux arbres permet l’utilisation de leurs feuilles en paillage, différents composts apportent les matières nutritives. L’eau des différentes toitures est récupérée. Différents espaces sont aménagés, avec notamment un jardin potager et un verger. Les plantes peuvent aller au bout de leur cycle de vie, la pelouse devenant par exemple une prairie. Il s’agit d’un jardin nourricier pour l’homme et pour la nature. Les nombreux nichoirs présents sur le jardin et très demandés montrent le succès de ce dernier point.
Saint Eloy de Gy - Cher (18)

20230321_151044.jpg

Le jardin en biodynamie

Au cœur d’une grande exploitation agricole certifiée Bio depuis sept ans, dans ce jardin, qui cultive autant l’esthétique paysagère que la diversité et la variété alimentaire végétale en toute saison, vous pourrez observer comment l’on peut jardiner selon les principes de la biodynamie (le jardin est un organisme vivant avec une individualité propre) et ses méthodes (à savoir suivi du calendrier lunaire, production de composts variés favorisant la santé des sols, utilisation des préparations tant pour l’enrichissement du compost que le traitement naturel des sols et des plantes, promotion de la biodiversité la plus large possible…). Une petite exposition thématique vous permettra de comprendre la différence entre le bio et la biodynamie, courant fondé en 1924 par Rudolf Steiner qui vise à la protection non seulement de la vie du sol, des animaux et des plantes mais aussi de l’humain dont la survie dépend de la préservation de la nature. Un focus particulier vous sera également présenté sur le lien entre qualité de l’alimentation ainsi produite avec cette approche alternative et bonne santé de l’humain. Pour ceux qui souhaiteront approfondir leur connaissance de la biodynamie, des vidéos seront mises à disposition et une séance informative organisée le dimanche matin à 10 heures. Vous pourrez enfin vous reposer et passer un moment dans le jardin pour vous ressourcer en pleine nature.
Dun-sur-Auron - Cher (18)

20230326-131543.jpg

Le jardin de Brigitte et Thierry

Thierry et Brigitte ont toujours aimé le jardinage, être dehors, manger ses propres légumes et c’est donc tout naturellement qu’à leur arrivée dans leur maison actuelle ils ont construit petit à petit leur jardin, ajoutant des parcelles au fur et à mesure, bouturant les végétaux pour les multiplier. Le jardin fait maintenant près de 3 000 m² et l’on y trouve une serre, des toilettes sèches, des hôtels à insectes remplis d’osmies, des réalisations faites à partir de récup et de nombreux nichoirs. Cette année de nouveaux aménagements ont été créés pour la faune et la biodiversité (mare, abri pour hérisson…). Vous pouvez trouver d’autres photos sur le compte instagram mon.bieau.jardin pour vous faire une petite idée du jardin au fil des saisons.
Farges-en-Septaine - Cher (18)

IMG_20200618_105349.jpg

L'òrt

Petit jardin d’agrément, le jardin de Vincent est planté depuis 16 ans de 250 variétés de plantes choisies pour leur capacité à s'adapter à un sol argilo-sableux très pauvre, noyé d'eau l'hiver, chaud et très sec l'été. Un petit potager, une mare et des bassins, un peu de maquis mélangé à la garrigue, une petite cour subtropicale, et quelques fantaisies au milieu du bocage berrichon.
Saint-Hilaire-en-Lignières - Cher (18)

_DSC5543.jpg

Le Clos sauvage

Du propre aveu d'Annelaure et Christophe, c’est un « jardin de feignants ». Pourtant dans ce petit jardin de cœur de village, les couleurs resplendissent et presque tout se mange… Pour atteindre ce résultat avec un minimum d’effort, ils observent ce qui pousse spontanément et laissent faire, suppriment ou déplacent selon leurs envies. Ce refuge LPO reçoit une grande diversité d’oiseaux, d’insectes et de petits mammifères. Tout est pensé pour leur faciliter la vie : des plantes taillées seulement en fin d’hiver, un trou dans la porte pour les hérissons, la pelouse à peine tondue pour les pollinisateurs… Et pour les humains, une réflexion sur le réchauffement climatique avec une treille de glycine qui rafraichit l'atmosphère. Niveau subsistance, pas de potager mais des plantes sauvages comestibles qui poussent un peu partout : fenouil, ortie, berce, origan, mâche…. Et pour le dessert, il y a le parterre de framboisiers, le plaqueminier, les noisetiers et le prunier… Le tout dans à peine 400 mètres carrés !
Charenton-du-Cher - Cher (18)

1 - 10 de 14
 1 2