Liste des jardins

FILTRE
Mot clé : Départements : CPIE :
Marthe Foubert (41).JPG

Le jardin de Marthe Foubert

Au bout d’une allée de châtaigniers plantée il y a plus de trois siècles, la ferme de Marthe Foubert est dans la famille depuis plusieurs générations. Elle ne fait aujourd’hui plus vraiment de potager, à part quelques légumes dans des carrés fabriqués par son fils. Elle préfère entretenir le jardin d’agrément, afin de profiter des couleurs des fleurs, notamment les rosiers qu’elle adore. Un joli ponton peint en rouge, fruit du labeur de la petite-fille de Marthe, surplombe le ruisseau naturel. Le vieux portique de la balançoire supporte un pied de vigne. Les fraisiers sauvages forment un tapis au sol, d’où émergent des fenouils spontanés. La balade autour du plan d’eau permet d’observer le beau chêne qui s’y reflète, vieux de plus de 200 ans. Voici un beau jardin d’agrément au naturel, où se promener tranquillement.
CONTEST - Mayenne (53)

IMG_3401.JPG

Le jardin de Marieke De Kam

Originaire des Pays-Bas où les vivaces sont monnaie courante depuis longtemps déjà, Marieke en a planté plein son jardin ! Notamment des Pentaglottis sempervirens, des buglosses toujours vertes, qui avec leurs nombreuses petites fleurs bleues, hypnotisent le regard. Habitée depuis 24 ans par Marieke et sa famille, la ferme évolue au fil des ans. Avec son bardage bois, elle se fond dans la verdure. Plusieurs bâtiments ont des toitures végétalisée avec du sédum et de l’herbe. Ici et là, des sculptures agrémentent le jardin. Certains coins sont laissés plus sauvages, favorisant la biodiversité sauvage, et ainsi la présence des oiseaux et insectes. De l’autre côté du chemin, un grand potager de plus de 100m² mêle légumes et fleurs.
BAZOUGERS - Mayenne (53)

Clément et Elise (3).JPG

Le jardin d’Elise Cocandeau et Clément Breton

« Créer des lieux de vie », voilà ce que souhaitent faire Clément et Élise. Arrivés dans ce lieu il y a deux ans, ils transforment petit à petit la friche et la pelouse initiales pour en faire un lieu qui leur correspond, un « jardin utile ». Clément, qui se définit comme à mi-chemin entre paysan et paysagiste, a à cœur de favoriser la biodiversité faunistique et floristique de proximité. Le couple a d’ailleurs fait une demande à la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) pour devenir refuge. Souhaitant tendre vers l’autonomie légumière, Élise et Clément ont près de 100 m² de serre, ainsi qu’une haie fruitière à greffer plantée récemment, 4 brebis et leurs 3 petits (Solognote et Bleu du Maine), 3 ruches, des arbres fruitiers, des poules et canards… La fauche tardive est de mise sur une partie du terrain ; tandis qu’une phytoépuration sert au recyclage des eaux usées, qui rejoignent ensuite le cours d’eau tout proche, bordé par un gros roncier et de jeunes chênes. Un chantier participatif a permis de construire la bergerie en torchis, qui sera peut-être bientôt complétée par un appentis avec toiture végétalisée. Non loin, un mur en pierres sèches héberge lézards verts et autres reptiles. Ce jardin est définitivement un lien accueillant.
SAINT-GERMAIN-LE-GUILLAUME - Mayenne (53)

Joseph Houtin (17).JPG

Le jardin de Joseph et Martine Houtin

Joseph, apiculteur professionnel retraité, et sa femme Martine, ancienne enseignante qui aujourd’hui écrit et illustre des livres pour enfants, habitent aujourd’hui dans l’ancienne maison des parents de Joseph. Rénovée par leurs soins, elle s’ouvre sur un bel et grand jardin, espace atypique en plein cœur de Craon. Les projets fourmillent dans la tête de Joseph, avec l’idée que ce soit beau, bon et facile. Produire le plus possible, sur un minimum d’espace, en travaillant le moins possible et en faisant un minimum d’apports extérieurs. Réemployer et détourner des objets et matériaux. Faire soi-même. Construire une cabane sur pilotis, pour les petits enfants, assez grande pour y passer la nuit. Favoriser les plantes pérennes. Creuser un bassin qui accueillera des plantes aquatiques et ceux qui souhaiteront se rafraîchir par une petite baignade. Récolter des dizaines de kilos de fruits. Echanger ! Raconter ses erreurs. Observer l’évolution du végétal selon les saisons. Installer une mini-serre avec couche chaude pour les semis. Installer la collection de cactées sur une estrade. Faire grimper les haricots et les chayottes. Conter l’histoire de chaque plante, données ou échangées au gré des rencontres. Joseph cite une phrase d’Alain Baraton (jardinier en chef  à Versailles) entendue le matin-même à la radio : « Je ne vois pas de jardinier triste ». Il l’incarne à merveille.
CRAON - Mayenne (53)

IMG_3307.JPG

Le jardin de Lilas et Jean-Paul Chevalier

Sous la glycine qui fleurit trois fois par an, le bow-window fabriqué par Lilas et Jean-Paul est un espace privilégié pour profiter des rayons du soleil en hiver, et apprécier la vue sur le jardin. Des parterres potagers, de nombreux rosiers, un Gunnera, différentes variétés d’hortensias… Plusieurs structures aériennes en bambou ou matériaux de récupération permettent de faire grimper des clématites et autres plantes. Le couple a également construit un « keyhole », ou jardin en trou de serrure, en français. De tradition africaine, ces installations rondes accueillent en leur centre un compost, et tout autour des plantations. Leurs racines vont ainsi puiser directement leurs nutriments au cœur. Installés depuis plus de 15 ans dans cette ancienne bergerie, le terrain qui accueillait initialement des vaches, est au fil des ans devenu un coin de verdure accueillant. Depuis la terrasse en bois on peut par exemple observer le « jardin blanc », un massif de terre de bruyère et une tourbière de 5m².
SAINT-PIERRE-DES-NIDS - Mayenne (53)

IMG_3188.JPG

Le jardin de Patrice et Pascale Bailleux

Cet ancien presbytère, caché derrière l’église de Brétignolles le Moulin, abrite de gros buissons de lavande. Non loin, fruitiers, atelier de menuiserie, petits fruits et compost agrémentent le terrain ouvert. Un grand poulailler est bordé par un cours d’eau en contrebas. « Jardinier traditionnel sans produits chimiques », Patrice aime le contact avec la terre et les rangs de légumes bien agencés. Cela lui permet de mener une rotation entre les lignes d’année en année. Devant la fenêtre de la cuisine sont sagement alignés des semis de tomates, qui prennent le soleil en attendant d’être repiqués dans la petite serre accolée au mur de pierres de la maison. Une autre serre de 32m² permet de produire précocement et durant tout l’hiver. La famille est ainsi autonome en légumes toute l’année. C’est Pascale qui taille, récolte et prépare les conserves. Le garde-manger est bien rempli, la famille a par exemple préparé 40 pots de cornichon cette année !
LE HOUSSEAU BRETIGNOLLES - Mayenne (53)

IMG_3230.JPG

Le jardin de Gabriel et Maryvonne Houtin

Quand Gabriel est arrivé sur ce terrain il y a plus de 40 ans, les alentours de la maison étaient goudronnés… Aujourd’hui, les visiteurs sont accueillis par des massifs fournis de primevères, iris et tulipes. A droite de la maison, le potager et deux serres, dont une fabriquée par le père de Gabriel lorsque celui-ci était enfant. Le fumier de la basse-cour vient enrichir la terre des parterres de légumes. Maryvonne dit « partager le potager ». Elle y fait en effet pousser du chou pour les volailles, des betteraves pour les lapins, plus quantité de légumes, fruits et petits fruits, aromates pour la cuisine. A gauche se trouve un plan d’eau, avec poissons et grenouilles. Derrière, un champ tapissé de jonquilles et à côté le bois que le couple est en train de créer. Plusieurs rangées de glands semés au potager attendent d’ailleurs patiemment d’y être plantés ! Lors de leur promenade de fin de journée chez eux, Gabriel et Maryvonne peuvent emprunter les petits chemins le long des haies et sur le promontoire qui surplombe le plan d’eau, en écoutant le chant des oiseaux.
SAINT-MARTIN-DU-LIMET - Mayenne (53)

Jardin vivant.jpg

Le Jardin vivant de Villaines-la-Juhel

Voilà bientôt 10 ans que ce bel espace clos sert de lieu d’expérimentation et de pratique aux jardiniers de l’association «Jardin vivant». Comme ce nom l’indique, la priorité est mise sur la vie du sol et de ses habitants. Compost et paillages recouvrent les parterres, dont le sol n’est pas travaillé. La présence des oiseaux, petits mammifères, insectes en tout genre est favorisée, les jardiniers étant conscients de leur participation active à la vie du jardin. D’années en années, les adhérents testent de nouvelles techniques et plantations. Cette année débarquent ainsi l’oca du Pérou, tubercule au goût délicat au feuillage ressemblant au trèfle, et les lentilles. La poire de terre, plantée l’an dernier, est toujours là. C’est une belle occasion de découvrir ces cultures ainsi que les plantes aromatiques, médicinales et les variétés anciennes qui sont favorisées dans ce jardin. Les membres de «Jardin vivant» seront présents pour échanger avec vous.
VILLAINES-LA-JUHEL - Mayenne (53)

860.JPG

Le jardin de la Confrérie des Arom@tics

La Confrérie des Arom@tics regroupe les jardiniers de l’Université du Temps Libre de Haute Mayenne. Dans leurs parterres sur la colline de La Petite Vigne, depuis plusieurs années ils échangent plants, conseils et expériences, afin de concrétiser le « savoir partagé au Potager » : entre eux mais aussi à tout public de passage avec des infos saisonnières affichées sur des panneaux. Chaque année ils mettent en avant une thématique. Après les fleurs comestibles, les légumes-racines, place maintenant aux légumes-feuilles. Ils y planteront donc laitues, épinards et autres choux … Des jardiniers seront présents le samedi matin 15 juin pour l’entretien des plates-bandes. Venez vous promener et les interroger sur leurs techniques et recettes. Pas d’inquiétude, ils ne vous raconteront pas de salades !
MAYENNE - Mayenne (53)